Sélectionner une page
  1. Accueil
  2. Ressources
  3. Les scientifiques au micro

Les scientifiques au micro

Interviews réalisés lors de la campagne paléo-sismologique en Ardèche en janvier 2022

Le séisme de magnitude 5.2 qui s’est produit dans la région du Teil le 11 novembre 2019 est un évènement historique sans précédent qui pose de nombreuses questions, notamment en matière d’aléa sismique. Par exemple : La faille de la Rouvière avait-elle déjà rompu dans le passé ? D’autres failles, notamment dans cette partie nord-est du réseau cévenol, pourraient-elles également produire des séismes aussi forts, voire d’intensité supérieure ? Les scientifiques impliqués dans le projet FremTeil tentent de répondre à ces questions et nous expliquent leur travail sur le terrain.

  • Le projet FremTeil (Jean-François Ritz)
  • Creuser des tranchées, pour quoi faire ? (Jean-François Ritz)
  • Paléosismologie au fond des tranchées (Mathieu Ferry)
  • Trouver des réponses au fond des puits (Jean-Paul Ampuero)
  • Aléa sismique et installations nucléaires (Kevin Manchuel)
  • Parcours d’étudiant : comprendre la déformation des Alpes (Nicolas Cathelin)

Ces interviews sont  disponibles sur la chaîne YouTube de l’infrastructure de recherche Résif-Epos.

En savoir plus sur le séisme du Teil.

Mathieu Ferry est enseignant-chercheur à l’Université de Montpellier et au CNRS. Il participe aux campagnes paléo-sismologiques menées dans le cadre du projet FremTeil. Il nous explique le travail effectué dans les tranchées creusées lors de la campagne de janvier 2022 et comment ce travail peut aider à retracer l’histoire des dépôts et déformations, et donc à l’identification de ruptures dues à des séismes anciens.

Kevin Manchuel est sismo-tectonicien chez EDF, au sein d’une équipe qui étudie l’aléa sismique, notamment pour les installations nucléaires. Il est impliqué dans le volet “paléo-sismologie” du projet FremTeil. En effet, l’identification des paléo-séismes est une donnée réglementaire importante du calcul d’aléa sismique pour les installations nucléaires.

Jean-François Ritz est paléosismologue au CNRS à Montpellier. Il pilote le projet FremTeil, démarré en 2021 pour 3 ans, qui vise à étudier la rhéologie de la faille de la Rouvière c’est-à-dire sa mécanique, son élasticité, sa composition. Il explique ici les travaux déjà menés dans le cadre du volet “paléo-sismologie” du projet et l’utilité des tranchées dans les investigations.

Le foyer du séisme du Teil étant exceptionnellement peu profond (~1 km), il a permis d’envisager la mise en place d’un forage traversant la faille à la profondeur hypocentrale, soit environ 1 km. Jean-Paul Ampuero, sismologue à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), pilote ce volet du projet FremTeil qui vise à étudier la rhéologie de la faille de la Rouvière c’est-à-dire sa mécanique, son élasticité, sa composition.

Nicolas Cathelin est doctorant. Après s’être intéressé à la géodynamique de la lithosphère sur des échelles de temps vraiment très longues, il a eu besoin de sujets plus “actuels”, qu’il pourrait “toucher et voir sur le terrain”. Sa thèse, sous la tutelle de deux paléo-sismologues, vise à comprendre la déformation et la tectonique du faisceau de failles cévenoles.